mercredi 13 mars 2013

Qui s'aventurent à Paris





Ah Paris ! 








Petite provinciale, je monte à la capitale tous les 4 mois environ, pour voir mon médecin.
Depuis que je blogue, j'en profite pour donner la date à Nicolas, qui organise un KdB.
Et puis c'est aussi l'occasion de voir mon ami de trente ans.

Bon comme toute bonne procrastineuse qui se respecte et fauchée, la seule chose que je fais en avance, c'est de prendre mes billets de train par internet, pour les payer moins chers.
Donc en ce lundi matin, j'ai en gros une bonne heure entre le moment où je dépose Lili Coquelicot à l'école et aller prendre mon train.
Pourquoi prendre le train le matin, alors que le KdB est le soir ? Parce que mon ami de trente ans a pris un jour de congé exprès pour que l'on puisse passer l'après midi ensemble !

Je disais donc que j'avais un peu plus d'une heure pour prendre ma douche, décider de ce que j'allais porter le jour même, le soir et le lendemain, trouver mes résultats d'analyses de sang qui datent de décembre, préparer ma trousse de toilette et réunir mes "petites" affaires dispersées dans la maison (mobile, cigarettes, médicaments, calepins ...).
Ça vous parait jouable, hein ? Normalement oui !

Bon déjà choisir mes fringues n'a pas été une mince affaire. Parce que de mince je ne le suis pas, et comme j'ai pris 5 kg cet hiver, tout devient : moche, grosse, beurk, ouais bof ...
Alors pour les deux jours, j'avais prévu 2 robes, 4 hauts pour un jean, 1 gilet, 1 cache épaule, 2 ceintures, 1 leggins et 2 paires de collants !
Oui, il fallait au moins ça !

En plus, je ne savais pas trop quel temps il allait faire à Paris. Nous en province, on avait grand beau. Pourquoi je fais un point météo ? Tu verras plus tard.

Donc je remets à plus tard mon sac de voyage ne sachant pas faire un choix. Et je ne sais pas pourquoi je pense à l'annonce de boulot que j'ai reçu et je me souviens que je n'ai pas envoyé ma candidature comme prévu.

Me voilà à mon ordi pour tenter de faire une lettre de motivation. Forcément ça prend du temps. Va savoir pourquoi je me suis dit que je l'avais ce temps !?

Après avoir fait quelques tentatives, je réalise l'heure qu'il est : 9 h 50 ! Mon train part à 10 h 29. Je ne suis absolument pas prête, j'ai 20 minutes de trajet et aucune garantie de trouver une place de parking gratuite.

Vous avez vu Speed ? Ben là c'est presque pareil : ma vitesse d'action et mon rythme cardiaque ne doivent pas descendre en dessous de 230 sous peine de rater mon train !

Donc je fourre dans mon sac 2 ou 3 trucs un peu au hasard, une brosse à dents et mes médicaments.
Je trouve du premier coup (donc les miracles existent) mes résultats d'analyses de sang, je réunis mon agenda et mes calepins (comme si j'allais avoir le temps d'écrire un billet durant ces 2 jours !) et mes billets de train ...
Mes billets ... que je n'ai pas imprimé ! Ben oui je me suis dit que si je mes imprimais tout de suite, j'allais forcément les perdre !

Donc pendant je termine de ramasser tout ce qui traîne et qui pourrait me servir, que je sorte Croc Dur (qui n'attendait que ça, vu la panique qui régnait !), je lance l'impression de mes billets.
Je vais pour les récupérer, il n'y en a qu'un ... Et l'autre, il est où le retour ?
Plus d'encre dans l'imprimante ! T'y crois toi ? 

Il me reste 2 secondes 30, et cette fichue imprimante a décidé qu'il lui fallait du magenta pour imprimer mon billet ! Changement de cartouche et hop c'est reparti !
Je suis sure de tout avoir, avec quand même ce fichu sentiment d'oublier forcément quelque chose ! J'attrape une veste (printanière car il faisait beau !), je mets mes chaussures (à talons), ferme la porte à clef et zou dans la voiture !

Je vais soigner le détail, pour que vous compreniez mieux.
Je dois monter dans ma voiture, conduire jusqu'au portail, ouvrir le portail (c'est une immense porte en bois de 2 mètres de haut sur 3 de long, montée sur rail, elle fait juste 3 tonnes et à remuer c,'est une vraie galère !)
remonter dans la voiture, sortir la voiture, redescendre et fermer le portail (re exploit !) et remonter dans la voiture !

Un dernier coup d'oeil à mes affaires : je n'ai rien oublié ... Ben si ! Ma cigarette !Allez hop c'est reparti ! Descendre, ouverture du portail (bon un peu moins que pour la voiture !), course en talons jusqu'à la maison, ouverture de la porte, trouver la cigarette, et hop ! Même punition en sens inverse !
J'ai attrapé mes vieilles baskets trouées au passage : c'est une évidence que je vais en avoir besoin pour être efficace !

Je remonte dans la voiture, j'ai mis 10 minutes à tout faire, il me reste 29 minutes, et j'aurais besoin d'une douche !
Trajet en voiture, tout en réfléchissant à un moyen d'arriver le plus rapidement, en évitant les autres !
Arrivée au parking : coup de bol, il reste des places (2ème miracle !).
Je fais attention à ne pas laisser trop de trucs traîner car ma voiture va rester sur le parking pendant 2 jours, je prends mes affaires.

Il me reste 8 minutes pour arriver à la passerelle, grimper l'immense escalier, traverser, redescendre et monter dans le train ! C'est jouable ! 
Bon un petit sprint ne serait pas superflu ! 

Heureusement je prends toujours le même train, je connais le quai. Je vérifies d'un coup d'oeil (on ne sait jamais !) et je monte dans le train !

Je m'assoies, essoufflée et dégoulinante de sueur (mon royaume pour une douche !), vérification : il me reste 3 minutes avant le départ ! YES !

Je me remets de mes émotions, Ipod sur les oreilles. Trajet tranquille en mode lecture des billets des collègues et écriture de ma lettre de motivation !

J'arrive à Paris, il fait carrément pas beau ! Et là c'est le drame ! J'ai pris une veste pas mon manteau !
En sortant du train, c'est saisissant ! Et moi qui avait encore mes lunettes de soleil, il y a à peine 2 heures pour conduire !
Bon allez, je vais passer beaucoup de temps dans les transports, au bistro et chez mon pote ... C'est jouable, un petit sacrifice pour de grands moments !

Alors voilà Paris :









Exposition sur l'oeuvre de Dali, du monde mais franchement ça vaut le coup !






KdB (super soirée, merci à tous les blogueurs), papotage avec mon pote ...


Mais il s'est mis à neiger ! Je suis morte de froid et les pieds mouillés et gelés ! (Tu te souviens du point météo et de mes vieilles basket trouées ?)

Malgré tout, j'ai été voir mon médecin. 
Et comme d'habitude, il m'a remis les idées en place, de l'espoir au coeur, un bon coup de pied au cul et m'a encouragé pour le boulot ("allez y, il faut bien tester mon traitement et voir ce qu'il vaut ! Allez faire de nouvelles expériences ! J'ai repensé à un de mes films cultes le cercle des poètes disparus quand le prof dit allez à la conquête de terres vierges !)

Je suis repartie le coeur léger malgré le froid. 
Avec la neige, j'avais regardé sur internet le site de la SNCF. Mon train est maintenu. J'avais deux heures devant moi, vu le temps, un bar sera le bienvenu.

Je décide d'aller à la gare directement, avec les difficultés de la RATP on ne sait jamais !
J'arrive à Austerlitz vers 15 h 20. Et là je vois du monde, mais du monde ... qui regarde le tableau d'affichage. 
Je n'ai pas suivi les infos depuis 2 jours, je n'ai aucune idée de l'ampleur des dégâts !

Je recherche un distributeur de billet et je veux boire un truc chaud. En passant je regarde le tableau, même si je suis sure que le mien part. 
Et là c'est le re-drame, il n'est pas inscrit sur le tableau !
Rhâ !! Je m'arrête pour tout lire et regarder de plus près les trains en partance. Et là c'est le re-re-drame ! Aucun pour Bourges !

En moins d'une seconde, je m'imagine appeler mes beaux-parents pour leur demander de garder Lili Coquelicot une nuit de plus, Gots pour lui annoncer la nouvelle, à mon meilleur pote pour qu'il m'accueille et bien sûr hurler sur le préposé au guichet de la SNCF !
Ils ne sont pas responsables de la météo mais ils pourraient au moins mettre les bonnes informations sur leur site ! Et puis dans les moments de panique, ça soulage !

Bon je respire un bon coup, je regarde mieux le tableau, et je vois un train pour une gare pas trop loin de chez moi. Je sais aussi qu'il y a des trains quotidiens entre les deux villes ! 

Je fonce à un guichet (promis, je ne le mordrais pas !), en espérant pouvoir l'atteindre avant le départ du train dans 20 minutes. Ce qui apparaît un peu compliqué vu le monde ! J'ai de la chance, le type me tamponne mon billet et me voilà à attendre l'affichage du quai.

Quand la gentille voix nous l'indique, je vois une ruée de gens qui se précipite dans le même sens. Eh, ils vont tous à Brive ?
Ben non, en fait, le train fait un arrêt exceptionnel à Orléans à cause des conditions météorologiques, donc tous les gens essaient d'avoir des correspondances.

Train blindé, on est debout, coincés entre les toilettes et l'endroit spécial des contrôleurs. Ils étaient 2, tu penses bien qu'ils n'ont contrôlé personne, et ils n'ont même pas voulu que des personnes s'assoient dans leur compartiment. Debout pendant 1 h 40 !

Arrivés à Orléans, presque tout le monde est descendu, j'ai pu avoir une place assise. Au changement, j'ai eu un train tout de suite pour Bourges. 
Je suis donc arrivée chez moi une demi heure plus tôt que prévu en partant 1 h 20 en avance. 

Alors 3 questions :
Est-ce que les trains voyagent tous dans le même espace temps ?
Pourquoi ça se complique à chaque fois que je bouge de mon canapé ?
Est ce que je vis dans un micro-climat ?



4 commentaires:

  1. Quelle aventure! En tout cas je suis ravie d'avoir rencontré une fille avec une énergie incroyable... Mais je parlerai du KDB quand mon rhume disparaîtra... En ce moment je suis juste épuisée.

    La bise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Rétablies et reposes toi bien ! Bises de loin (rapport à ton rhume !)

      Supprimer
  2. Coucou.
    J'aime bien ton écriture. Tu me (nous) fait travailler notre imaginaire.
    On imagine plein de choses.
    Bonne journée ma blogueuse préférée!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh ! Suis toute rouge !! Cela fait du bien de lire de jolis compliments comme celui là, et ça me donne envie de continuer !
      Je suis ingrate car même si je lis tous tes billets via reader, je ne prends pas le temps de commenter chez toi ! Alors encore merci !
      Bonne journée à toi aussi !

      Supprimer