lundi 17 juin 2013

Qui distribuent des tracts

La Halle au Blé





Cette semaine j'ai arpenté les marchés de Bourges pour distribuer des tracts pour la réunion sur l'euro.




Je n'avais jamais fait ça. Et personne n'était libre pour m'aider. En même temps, on est tellement nombreux au MRC 18, que ça ne pouvait pas non plus se bousculer au portillon !
Je voulais tenter d'en distribuer à la sortie des lycées, mais avec le bac qui approche, ça n'a pas été un franc succès : c'était plutôt désert.

Donc jeudi, j'ai pris mon courage à deux mains et je suis allée sur un marché. Un petit, hein, on va commencer doucement !
Je distribue quelques tracts. En fait, j'ai dû mal à déranger les gens. Facile d'en donner à ceux qui viennent vers moi mais je n'ose pas aller vers ceux qui font la queue aux étals.
Je me dis que les commerçants ne verront pas d'un bon oeil que je dérange leur client.

Enfin j'arrive à en refourguer sans trop de problème : personne ne m'a crié dessus !
En même temps, on est en semaine, c'est un petit marché d'un quartier assez chic, avec une majorité de retraités.

En partant, j'entends un type qui dit suffisamment fort pour que tout le monde en profite, quelque chose comme 
"Qu'est ce que c'est cher en France"
Je le regarde et lui demande d'où il vient : Vietnam ! Ah ben oui, c'est pas vraiment la même chose !
Et là, il se met à me parler du Vietnam, en comparant les prix. En me disant que sa femme et lui, avec juste sa retraite, vivent très bien là haut.
Je le laisse parler, de toute façon, je ne peux pas en placer une !
Il se met à critiquer tout ce qui se passe en France. Rien ne va. Ben en même temps, tu vis pas ici : la critique est facile !!
Bref, je ne pouvais plus l'arrêter. Il avait un avis sur tout, me le donnait et je n'avais même pas besoin de lui demander ! 
Je ne sais pas par quel miracle, au bout d'une heure, ma mère est passé par là, en voiture ! Le truc totalement improbable ! Mais ça m'a donné une excuse pour m'en aller : ouf !

Samedi, j'avais rendez-vous avec un camarade qui voulait bien me donner un coup de main. Mais comme il est âgé (il faut vraiment qu'on arrive à recruter dans le Cher !), il est parti au bout d'une demi-heure !

J'ai vu un type qui arborait fièrement le sweat shirt de la manif pour tous. Bon je n'étais pas là à titre perso, mais je me suis quand même dirigée droit vers lui pour lui donner un tract. 
Quand il a vu MRC, il me dit 
"Ah oui, en 2002, ils ont été nombreux à rejoindre le FN"
 et me cite les noms. Oui et ... La discussion s'arrêtera là, il passe sa commande !

J'ai croisé aussi une dame qui, après lui avoir donner le tract, revient me voir et me demande :
-" Le MRC est encore présent dans le Cher ?
 - Oui, nous sommes peu nombreux mais nous restons actifs !
- Mais il reste qui ? Je donne le nom de mon camarade responsable. 
- Ah oui, bien sûr ... Je suis XX
 - Ah oui, bien sûr ! (je fais celle qui la connait. En fait, je ne suis pas sure, je crois savoir qu'elle est au PS et qu'elle brigue la mairie de Bourges)
 - Et vous êtes ... Je lui donne mon nom. 
 -Vous êtes d'où ?
 - D'ici
 - De Bourges ?
 - Non à côté !
 - Ah ! Donc le MRC est encore là, bon, bon, bon ... A la prochaine !"
J'ai trouvé cette conversation un peu surréaliste. Il y avait un truc dans sa voix qui ne m'inspirait pas confiance.
Bien entendu, j'en ai parlé au camarade responsable. Et j'ai eu comme réponse qu'elle avait toujours cherché à éradiquer le MRC, et comme elle n'y arrive pas, elle répand l'idée !
Sympa !

Le lendemain, dimanche, je suis sur un autre marché, toute seule. Je commence à distribuer, et en j'en tends un à un type dont la tête ne m'est pas inconnu. En même temps, Bourges, c'est un peu un gros village.

On commence à discuter :
"Ah le MRC, en 2002, y en a pleins qui on rejoint le FN" et il me cite des noms ! 
Je le regarde un peu surprise. L'addition : tête pas inconnue + même argument = lui aussi c'est un veilleur !

On parle euro et un peu politique, tout se passe bien. J'essaie de conclure en lui demandant s'il viendra, et je ne sais pas pourquoi, il me demande ce que je pense de la loi Taubira !
 Je le savais !
Bien entendu pas question de ne pas répondre la vérité. Et là, j'ai droit :
-"Je fais partie des gens qui vont tous les mardis allumer une bougie"
- Je sais, je vous ai reconnu
- Vous êtes venu vous aussi, allumer une bougie"
- Oui j'y suis allée mais sans la bougie !
- Alors pourquoi  ?
 (parce que je rêve de te foutre mon poing dans la gueule !)
- Pour prendre des photos et écrire des billets de blog "
- Contre nous ?
- Contre vous !"
Et le must :
Et bien vous savez moi, je suis fier d'avoir été élever par un père et une mère !
Mais à partir de là, ce monsieur, qui était très près de moi pendant notre discussion (voir trop près mais il faut croire que je n'ai pas le même besoin d'espace vital), autant là il m'a donné tous ces autres arguments sur la fin de notre société et de la filiation en partant, genre un truc super urgent à faire d'un seul coup !

Bien sûr il s'est arrangé pour dire tout ça assez fort et moi je suis restée là comme une idiote !
Ne sachant pas si je devais lui dire le fond de ma pensée (clair, net et précis mais extrêmement vulgaire) ou lui lancer d'autres arguments malgré tout (ce qui n'aurait pas fait avancer le débat avec lui, mais la foule aurait pu entendre un autre son de cloche !)
Et bien non je suis restée silencieuse, muette comme un carpe !

Je n'en peux plus de n'avoir pas assez confiance en moi et d'être incapable d'aller à la confrontation.
Peut être ai-je bien fait pour que ça ne vire pas à la foire d'empoigne. Mais il n'avait pas l'air de vouloir se confronter à mes arguments, puisqu'il fuyait.

N'empêche je suis rentrée en colère. Il va falloir que je me sortes les doigts (comme dirait l'autre) et que j'arrive à dire ce que je pense sans avoir nécessairement peur de la réaction de l'autre.

Arrêtez de ne plus trouver mes mots et mes arguments quand je passe en mode énervé.

Ce qui m'agace le plus, c'est que maintenant, je me repasse la scène en me disant si tu avais dit ça ...
Ouais ben c'est trop tard ! Lui il est passé à autre chose, moi je bug !

Je me venge en faisant des confitures avec les kilos de fruits achetés sur le marché !

2 commentaires:

  1. arf pas facile le militantisme ! mais bravo à toi d'avoir franchi le pas !

    (ça existe encore le MRC ?! :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Le problème c'est quand il n'y a pas le "encore", et ça a souvent été le cas !!

      Supprimer