mercredi 1 août 2012

Et je m'en mêle !




Je suis profondément agnostique.













Cela ne me dérangerait pas que l'on change les dates des vacances scolaires, je grogne quand je vois que l'on mange encore du poisson le vendredi dans la plupart des collectivités et je ne vois pas le problème du travail le dimanche !

Je serais pour que toute personne pratiquante puisse prendre ses congés selon ses croyances (mais bon ce serait peut être un fichu bordel), et qu'elle puisse pratiquer le métier qu'elle veut, avec un turban ou des oreilles de Mickey si ça peut lui faire plaisir !

Alors faire pression au nom de sa religion (n'importe laquelle, je m'en fiche), contre une décision tout à fait légal, ça m'énerve ! L'histoire

Sous couvert de ne pas être raciste ou discriminatoire, on ne peut plus rien faire ou dire !

Il était notifié dans le contrat de ses animateurs qu'ils devaient s'alimenter et s'hydrater durant la journée, et surtout à l'heure des repas.
Ce qui signifie, que lorsqu'ils ont signé, ils savaient qu'ils ne pourraient pas honorer cette partie là. Et maintenant, ils crient à la discrimination ...
La mairie aurait dû aussi s'en assurer. Mais là aussi, on aurait crié à la discrimination ...

Je me suis déjà vu, de nombreuses fois, reprendre des animateurs, dans leur façon de gérer le temps du repas.
Dans la plupart des projets pédagogiques de centres, c'est un moment qui se doit d'être convivial, où l'on  ne partage pas seulement le repas mais aussi ce qui s'est passé durant la journée, où l'on se rencontre tranquillement.
C'est donc un vrai moment pédagogique.
Les structures telles que l'école et les centres doivent jouer un rôle dans toutes les problématiques liées à la malbouffe, à l'obésité et à tous les troubles alimentaires.
On sait aussi que de nombreux enfants n'ont pas accès, chez eux, à des repas équilibrés faute de moyens ou de connaissances.

Dans les centres où j'ai travaillé, ainsi qu'en tant que formatrice, nous faisions des repas animés. Pour montrer aux animateurs que le repas est un vrai temps d'animation, avec un but pédagogique, et donc un vrai temps de travail.
Découverte de nouvelles saveurs, de nouveaux plats, de nouveaux aliments : à l'animateur de montrer l'exemple en goûtant.
L'animateur a un rôle de référent, il est même, parfois pour certains enfants, l'exemple à suivre.
Dans ma conception de l'animation (mais aussi dans ma vie personnelle), je ne conçois pas le :
"fais ce que je dis, pas ce que je fais".

J'ai donc eu des problèmes avec des animateurs. 
Pour certains, ils n'aimaient presque rien. Je leur ai demandé de faire l'effort de goûter devant les enfants pour montrer l'exemple. 
D'autres étaient au régime. Je suis intervenue, si elles n'étaient pas suivis par un nutritionniste, je leur conseillais gentiment mais fermement d'arrêter pendant le centre. 

Je n'ai pas eu à virer qui que ce soit. Mais le rappel à l'ordre pouvait se faire puisqu'ils avaient signés leur contrat de travail et donc devaient respecter le projet pédagogique du centre. 

Et pour rester cohérente dans mon discours, je pense que si les centres accueillent des jeunes en âge de faire le Ramadan, alors ces animateurs peuvent devenir de vrais atouts. Et faire découvrir l'Islam aux autres jeunes à travers les repas du soir pourrait être intéressant !

Et bien sûr tout le monde s'en mêle, même moi ! 

4 commentaires:

  1. Bonjour, un contrat de travail doit suivre la loi et être en accord avec la Constitution Française, garante des lois.
    Il se trouve qu'on ne peut pas imposer aux gens quels qu'ils soient de prendre un repas à midi.
    La seule chose que l'on aurait du faire, était de leur faire passer une visite médicale afin de déterminer si ils étaient aptes ou pas au travail.
    Mon mari a eu un problème similaire avec une personne malade du sida, que le directeur de l'hôtel suspectait d'être trop faible pour travailler: il s'est avéré qu'il était tout à fait capable d'effectuer son service.
    Mais bravo pour l'ouverture d'esprit: enchantée de te connaître mieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette précision. Je me suis donc emportée en parlant de légalité, je m'en excuse.
      Mais dans l'animation, le repas est un temps de travail comme un autre. Je n'ai pas réussi à savoir si les animateurs étaient présents au moment du repas ou non. Ce qui changerait encore la donne.
      Je crois sincèrement que ce genre de "problème", prévisible de surcroît, devrait être pris en compte en amont pour être intégrer dans le projet pédagogique.
      Merci pour ta visite, en espérant te revoir très bientôt !

      Supprimer