mardi 23 octobre 2012

Une autre façon de voir la crise






Ce sujet de billet, je l'ai écrit depuis des mois.









Pendant mon absence, politeeks a fait deux billets, qui rappellent la situation que beaucoup d'entre nous connaissent.
Elooooody a parlé, il y a peu, de l'annonce faite par le ministre délégué de l'agroalimentaire pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Dans ma petite tête de piaf (pas de pigeon hein !), j'ai fait des rapprochements avec ma situation personnelle et les conséquences sur la vie en générale.

En fait, j'ai depuis peu, une conscience financière. Je gère le budget au mieux de nos possibilités, et depuis plus d'un an, je ne suis (presque) plus à découvert. Ça n'était pas arrivé depuis ... ben depuis que j'ai un compte bancaire !
Mais tout ça à quel prix !

Je dépense beaucoup d'énergie et de temps pour arriver à ce résultat. Je ne sais pas si nous sommes nombreux à en arriver à de tels extrêmes mais mon esprit est pré-occupé par tous les stratagèmes mis en place pour ne pas dépenser trop.

Pré : préfixe, devant, indiquant l'antériorité dans l'espace ou le temps.

"Ne pas dépenser (trop)" s'approprie une partie de mon cerveau, accapare mes pensées, séjourne avant les autres choses. Alors, il y a moins de place pour autre chose : politique, militantisme, jouer avec ses enfants ...

Savoir par coeur les prix au kilo, prendre 2 jours pour répertorier les promos et faire sa liste de course, espérer tous les jours que le facteur ne s'arrête pas ou qu'il n'y ai pas la moindre panne (voiture, électroménager ...), attendre pour se faire soigner car on ne peut pas avancer les frais, trouver des systèmes D légaux (ou pas), attendre les aides ...

Et le gaspillage dans tout ça ?

J'ai écrit en commentaire au billet d'Elooooody, que la date de limite de consommation est une fumisterie ! Elle peut être comparé à cette fameuse obsolescence programmée : on veut vous faire consommer. J'explique que les magasins ne respectent pas la chaîne du froid (les denrées fraîches ou congelées sont livrées des heures avant la mise en rayon), et la viande est emballée plusieurs fois pour reculer cette date !!
Donc si vous devez être malade, ce n'est pas à cause d'une date ...
Jeter ne fait pas partie de mon vocabulaire. Là encore mon cerveau ne me le permet pas.


Il y a des jours où on ne peut pas penser à autre chose. L'esprit est totalement habité par le comment vivre demain, la fin du mois. C'est épuisant.
Et ces jours là, je me dis que plus on affaiblit un peuple et mieux on peut le rendre corvéable.
Les gens ne peuvent plus réfléchir à se sortir de cette situation de façon globale, en prenant assez de recul. Ils pensent juste à s'en sortir chaque jour, avec le nez dans le guidon.

Reculer, regarder les choses de plus haut demande un peu de temps et de place dans ce cerveau déjà si pré-occupé.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire