jeudi 13 décembre 2012

Qui ont la patate !




   


      


     J'avais oublié Paris














J'y viens presque tous les 4 mois, mais en coup de vents. 
J'y ai vécu pendant deux ans, et encore en banlieue. J'allais à Paris régulièrement pour des rendez-vous professionnels et pour ma formation, mais je n'ai jamais pris le temps de visiter. 


Aujourd'hui, j'ai eu un peu de temps, non pas pour visiter mais juste pour regarder. 

j'avais oublié qu'ici on ne regarde en l'air que pour se diriger dans le métro. 

J'ai retrouvé cette façon de regarder les autres sans vraiment les voir.

Cet anonymat qui permet toutes les extravagances, toutes ces choses que je n'ose pas en Province, et qui me paraissent possible à Paris.

Cet anonymat que je trouve si agréable le temps de quelques jours mais qui m’apparaît comme une entrave aux rencontres.

J'ai pris en pleine gueule la misère. Chez moi, elle est moins présente. J'ai l'impression que les gens vont dans les grandes villes parce qu'ils pensent avoir plus de chance de s'en sortir. 
Et puis je l'admets, il est tellement plus simple de m'enfermer chez moi, pour ne pas la voir.

Paris vie stressée et stressante : tiens un des thèmes abordé lors du KdB !
Mais quand on y reste que quelques jours on peut se nourrir de toute cette effervescence, et ces deux jours m'ont fait un bien fou !





J'ai revu un ami de 30 ans, un comme on n'en fait plus !
S'apercevoir que des gens plus ou moins perdu de vue, avec qui on a un passé plus ou moins douloureux, qui malgré tout vous ouvre la porte de leur appartement ... ça vous réconcilie avec le genre humain !






J'ai été voir mon médecin. 
Et à chaque fois, c'est comme si on m'ouvrait de nouvelles portes sur la perception et la compréhension de ma maladie. C'est comme si elle devenait moins compliquée, presque supportable : et il faudra un jour qu'elle le devienne, bordel !

Il me booste, me fait relativiser. Et il tente de me faire comprendre que j'ai dû mérite à avoir vécu avec ma bipolarité, et d'autant plus à vouloir continuer à vivre malgré ce handicap. Patience et apprentissage ...









Et enfin, the last but not the least, il y a eu le KdB !
Nicolas a raison, moins on est nombreux et mieux on s'écoute (ce qui m'a obligé à me taire !). 
J'ai un petit pincement au coeur de ne pas pouvoir rencontrer tout le monde. Bon ce n'est que parti remise et puis j'ai rencontré un "non invité" !


Surtout que si tout va bien, je vais à la manif, dimanche : j'ai même réussi à forcer décider Gots de monter à la capitale pour soutenir cette cause ! J'espère bien voir ceux qui oseront braver le froid ! (si il est possible de se retrouver dans une telle foule quand on ne se connait pas ...)

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ouaip ! Et t'as vu, j'ai fait pleins de belles photos mais pas par instagram !

      Supprimer
  2. Hélas... Ce week-end il se peut que je ne soit pas des vôtres alors que je crie haut et fort depuis des semaines que je serai dans la rue le 16 décembre.
    Des raisons familiales douloureuses vont sans doute me mener en province au chevet d'un proche qui se meurt.
    Sale période qui s'annonce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée, sincèrement. Je ne sais pas trop comment l'écrire dans un petit commentaire, mais je pense à toi très fort.

      Supprimer
  3. Oui, on va essayer de se croiser et pourquoi pas se réchauffer autour d'un verre. On essaye de se trouver via Twitter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pencherai plus pour moi tenant une énorme pancarte : je suis ici !
      Bon je crois que je vais être raisonnable et faire un effort pour réussir à me servir de téléphone avec des gants et dans la foule !!
      A dimanche !

      Supprimer
  4. Moi, j'aimerai dire adieu Paris et sa région. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends. J'aime y retourner en tant que touriste mais c'est vrai que pour y vivre je n'ai tenu que 2 ans !

      Supprimer
  5. Ma belle, j'ai bien été invitée mais n'ai pas pu me libérer :s Une prochaine fois ! Jolie note !

    RépondreSupprimer
  6. Il va faire beau. Et on regarde le soleil le nez en l'air à la recherche d la pancarte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile de le trouver le soleil avec tous ces bâtiments ! Mais bon Paris est quand même magnifique !

      Supprimer