samedi 26 janvier 2013

Avec la SNCF, tout est possible : encore et toujours !

Image ici







Je vais faire dans le local aujourd'hui










Vous connaissez les TER ?
Ce sont les trains express régionaux, leurs dessertes sont régionales et locales, sauf pour l'Ile de France.

Comme leur nom l'indique, ils ont une organisation régionalisée, le partage des responsabilités se fait entre la région et la SNCF pour lui permettre de vivre et de se développer.
En gros, la région définit ses besoins et ses envies (tarifs, services ...) et la SNCF tente de les réaliser grâce à une convention qui définit donc les rôles et les missions de chacun.

Je vais essayer de vous résumer, en étant claire et succincte ! C'est pas gagné !

Ils sont lancés en 1986 pour remplacer les vieux omnibus. 
Grâce à la décentralisation instaurée en 1981 et la régionalisation (c'est à dire la prise en charge et le financement des transports de voyageurs par les conseils régionaux) et à grâce à l'envie de la part de la SNCF de rester leader sur le marché du transport de voyageurs en région, et de sa volonté de ne pas déléguer à des sociétés privées, des conventions sont passées entre la SNCF et les différentes régions.

Mais en même temps, on oblige la SNCF à équilibrer ses comptes. Bien évidemment, la rentabilité du TGV étant supérieure, elle préfère les développer plutôt que les TER.
On réduit les marges d'actions, on ferme des gares et on supprime les trains peu rentables. Et parfois avec l'accord ou même à l'initiative de certaines régions.

Et ça ne va pas s'arranger !

Entre 1990 et 1996, les chiffres des résultats d'activités ne sont pas communiquer en temps et en heure. Ce qui crée des problèmes pour les régions qui prévoient des augmentations d'offres de train alors qu'il y a une baisse du trafic !
A force, certaines refusent de payer ou dénoncent leurs conventions.
Dans le même temps, la SNCF lance les EIR (express d'intérêt régional) en lieu et place des grandes lignes déficitaires. Par ce biais, elle tente de faire prendre en charge les déficits de ces lignes par les régions, en faisant même du chantage de supprimer des trains !

Je me souviens de cette époque. J'étais au lycée, interne, et mes parents vivaient dans un village desservi par ces fameux trains menacés d'être supprimés.

Pourquoi je précise que j'étais interne ? Tout simplement parce que j'avais le choix entre l'internat et le train. Beaucoup de mes amis avaient choisis le train, et faisaient le voyage tous les jours.

Ce village a une gare avec une liaison directe pour Bourges ou pour Nevers : les deux villes principales les plus proches (environ 30 km). Il y avait 2 trains le matin, 2 le soir et une navette en bus le midi. C'est quasiment la même chose aujourd'hui.
Il dessert les petites villes et villages autour.

Trois intérêts donc (entre autres) :
 - Pour les jeunes : les sorties et la scolarité.
 - Pour les vieux : les courses, le médecin ...
 - Ça reste un moyen de transport sur, et donc qui peut permettre d'éviter un peu l'exode rural : les gens peuvent travailler en ville et vivre à la campagne.

Les villageois ne se sont pas mobilisés en masse, mais la mairie, avec à sa tête Denis Durand, a tout fait pour garder cette ligne : et on a gagné !
Ça a été l'occasion pour mon père d'être interviewer par France 3 région, et de passer à la télé : j'étais pas peu fière !

Donc les années ont passés, Denis s'est toujours battu pour garder les services publics sur sa commune. Et il y réussit ! Faudrait que je vous raconte un jour comment il a bouté hors de son village, la boite aux lettres qui devait remplacer la poste !

Je continue à suivre ce qui se passe sur cette commune, tout simplement parce que ma mère y vit toujours et que Denis Durand est au MRC du Cher. Je l'ai donc vu jeudi pour notre réunion.

Et il m'a raconté qu'il y avait de nouveau des soucis avec la SNCF. Voici la copie du mail qu'il m'a envoyé :

 La SNCF a supprimé sans aucune concertation avec les élus et usagers le train de demi journée entre Nevers et Bourges. La raison invoquée : des travaux entre Vierzon et Orléans , c’est plutôt grotesque alors que ce train existe depuis plus de cinquante ans. Et l’an passé pendant les travaux d’électrification il avait été mis en place des cars de remplacement.
Une première manifestation rassemblant élus et usagers eu lieu le mardi 15 janvier  en gare de Nérondes à 12 h 30 pour demander le rétablissement du train supprimé sans aucune concertation.  La deuxième eu lieu ce matin en gare de  la Guerche avec arrêt en gare du train direct Nevers Bourges

Il me précise qu'il y a eu des reportages sur France 3, mais je n'ai rien trouvé en streaming (je continue à chercher). Et dans la presse locale, un seul article sur la manifestation de mardi, qui fait 11 lignes avec une bien belle photo tout de même (que je me permets d'emprunter en attendant celles de Denis !!)



Alors deux choses :

- Franchement je trouve limite honteux que les médias locaux ne prennent pas plus de temps pour traiter et faire écho à une nouvelle comme celle-ci, qui n'est pas anodine !
Parce que, en déduire que la SNCF veut mettre à la trappe, peu à peu cette ligne, en prétextant des travaux, il n'y a qu'un pas qui n'est pas difficile à franchir ...

- Si la SNCF arrête cette ligne, il y aura de graves conséquences sur la vie des villages.
Encore une fois, on fait passer la rentabilité financière avant la vie sociale.
On anéantie peu à peu les possibilités de vivre convenablement à la campagne, alors que nous sommes nombreux à vivre, non pas par choix, mais bien par obligations financières (nous ne sommes pas tous des bobos cadres et écolos en mal de nature !)

La campagne et ses habitants méritent qu'on la traite avec respect. Ce qui n'est pas le cas.
Il faut manifester pour avoir quelques commerces et pleurer pour les garder,
faire des grèves de la faim pour ne pas voir fermer les écoles et des sitting pour conserver la poste,
pédaler pour avoir internet et monter sur son toit pour avoir du réseau pour son téléphone,
faire une pétition pour que votre lieu dit soit dans les GPS,
et faire comprendre aux parisiens en week end que non on n'arrêtera pas l'Eglise de sonner toutes les heures parce que ça fait, soi disant trop de bruit (véridique !)

Alors, voilà, je relaie cette information car il faut en parler pour faire bouger les choses.
La prochaine manifestation aura lieu à Avord le mercredi 30 janvier à 12 h 30. J'essaierai d'y être !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire