vendredi 19 avril 2013

Qui se font mal



Tout ça, c'est encore la faute de Croc-Dur








Comme vous savez, il est à l'attache car c'est un chien fugueur et qu'il a réussi à faire des trous dans le grillage que je n'ai pas fini de boucher (en même temps faut trouver des solutions qui lui résistent !)
Donc quand je le lâche dans le terrain, c'est sous surveillance. Le truc, c'est qu'il obéit au rappel quand il en a envie, enfin surtout avec moi !

Donc un matin, après avoir amener Lili Coquelicot à l'école, comme d'habitude, j'accompagne Croc-Dur dans le terrain pour sa ballade quotidienne.
Ce jour là, il ne fait pas beau, je n'ai pas forcément envie d'attendre des heures dehors.
Je le rappelle ... Et là, encore une fois, je vois que ça ne va pas se passer comme je le souhaite ...
Heureusement, je suis habillée, pas du meilleur goût, car comme la plupart du temps, je ne suis pas encore douchée à cette heure !

Mais vraiment il fait froid, il bruine, ça me gave !
Encore une fois, j'essaie d'attendre un peu. Je sais que les chiens du voisin sont venus faire un tour, et je sais que ça le rend dingue. Ce fameux voisin qui l'a accusé de tous les maux (tiens encore une histoire de dingue avec mon chien !)

J'essaie tous les trucs que je connais et pour lesquels il ne faut pas avoir peur du ridicule !
Par exemple ? Faire croire à votre chien qu'il y a quelque chose d'intéressant par terre, à côté de vous. A 4 pattes, vous faites semblant de flairer ... Ah ben oui ! 
Sauf que c'est trempé par terre. Alors déjà que je suis énervée de ne pas pouvoir rentrer au chaud, la tension monte d'un cran quand je suis obligée de me mettre presque à genoux dans l'herbe mouillée, de faire semblant de renifler par terre, tout en disant "ouh mais qu'est-ce qu'il y a là ? Hum mais c'est intéressant ça". Ne me demander pas pourquoi je parle, je n'en ai aucune idée !

Le souci, c'est que autant t'as l'impression que ton chien ne retient rien de ce que tu veux lui apprendre, autant les trucs avec lesquels il s'est déjà fait avoir, il les connait ! Et il connaît ce truc, et son regard ne me trompe pas : "ouais, ouais, en plus d'être ridicule, tu me l'as déjà faite celle là ! Trouve autre chose !"

J'essaie aussi le "bon, ben moi je rentre ...". Nonchalante, je lui tourne le dos et me dirige vers la porte. J'espère qu'il va courir vers moi, poussé par tout son amour, avec dans les yeux un "non ne me laisse pas tout seul". Il a bien tourné un peu la tête, genre air interrogatif, mais juste après il m'a tourné le dos pour aller au fond du terrain et reprendre ses activités de reniflage ! Bref, je me suis pris un vent !

Il y a eu un moment de désespoir total où j'ai essayé de l'attraper. Oui, j'ai couru après un chien qui ressemble plus un poney, dans un terrain de 1000 m² sans obstacle ! Conclusion : il court plus vite que moi !

Bien sûr, au bout d'un certain temps, trop long, Croc-Dur se couche.
Le connaissant, je me méfies. Il m'a déjà fait le coup : se relever au moment où j'approche trop près. Il est joueur !
Donc je marche lentement vers lui, en marmonnant dans ma barbe naissante, des supplications : je t'en prie, je n'en plus, ne bouge pas ... 
Plus je m'approche, je passe aux chapelets d'injures (je ne les répéterais pas ici, je ne voudrais pas abîmer l'image de femme douce et gentille que je peux laisser transparaître ici !), et je finis par le couplet des menaces (si tu bouges, je te maudis jusqu'à la 7ème génération, je te castre au couteau rouillé sans anesthésié : ce qui, je le reconnais, va poser un problème pour la première menace !)

Je pose la main sur le harnais. Oui mon chien n'a pas de collier mais un harnais. C'est plus pratique, et pour te donner une idée de la taille, c'est un licol (le truc que l'on met autour de la tête du cheval !). Ça coûte 5€, alors qu'un harnais spécial grand chien c'est, soit introuvable, soit hors de prix !
Donc je le chope, le plus rapidement possible, et avec l'énervement, je le soulève. Je le ramène à la maison, il a les pattes qui touchent à peine le sol !

Arrivés à l'intérieur, je sais que je ne peux pas laisser passer ça.
Ce n'est pas une simple bêtise où je dois le punir. Il essaie, par ce comportement, de me dominer, et je ne peux pas laisser faire.
J'ai un molosse de grande taille, j'ai donc étudié le comportement canin. Mais de toute façon, il ne faut jamais se laisser dominer par n'importe quel chien. Mais c'est plus facile à maîtriser chez un petit chien ! 

Je ne crois pas à l'idée qui dit que le chien veut dominer la meute (famille) : le chien n'est pas con, il se rend bien compte que l'homme n'est pas un chien. Par contre, pour certains, il reste parfois (et oui le chien vit depuis si longtemps avec l'homme, que beaucoup de ces instincts ne sont plus très présents) une envie de dominer. Fin de la séquence "apprend à vivre avec ton chien" !

J'applique donc la méthode que l'on m'a apprise (attention c'est très particulier, et à n'utiliser que lorsqu'on connait bien le comportement canin). 

Donc je le soulève pour le mettre à ma hauteur, ou plutôt pour que sa gorge soit à la hauteur de mon visage, le colle contre le mur, et le secoue un peu. Il fait 60 kg et l'énervement fait que je n'ai pas senti ma force lors de cette action.

Quand je l'ai reposé, enfin laissé tomber, j'ai ressenti une douleur comme jamais. J'ai hésité entre la crise cardiaque et la côte cassée ou qui me perfore un poumon !
Je me suis demandée s'il fallait que j'appelle les pompiers et/ou Gots.

Je me suis assise avec la quasi-impossibilité de respirer mais en tentant de me concentrer pour me calmer.
Je ne me souviens pas avoir eu mal au dos à ce moment là. Bien sûr je n'ai pas été bien toute la journée mais la douleur se calmait. 

Mais les jours suivants c'est en allant courir que j'ai commencé à avoir mal en bas du dos, à droite.
Et puis peu à peu, c'était de plus en plus souvent, jusqu'à que je n'arrive presque plus à faire les gestes quotidiens.
Médecin : oui, vous avez une inflammation. Mais vous ne pouvez pas prendre d'anti-inflammatoire (mon traitement pour la bipolarité n'est pas compatible !), alors codéine et ne bougez plus !

Mais bien sûr, c'est vachement dans ma nature de ne pas bouger ! J'ai donc décidé d'aller voir un ostéopathe ! 

La suite des mes aventures, chez l'ostéopathe, dans un prochain billet !

4 commentaires:

  1. le barre de rire est au rendez-vous!
    Et je retiens cette maxime qui m'a vraiment fait rigoler:
    "le chien n'est pas con, il se rend bien compte que l'homme n'est pas un chien."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réciproque est vrai aussi, le problème est que certains humains l'oublient !!
      Contente de t'avoir fait rire !!

      Supprimer
  2. mon chien n'est pas un molosse, mais il a une force de trappeur. un lapin, ou un greffier (pas celui de la maison) et il disparait de ma vue.
    j'ai opté pour le sifflet.
    et pour l’obéissance le vaporisateur. c'est un peu space de se promener avec, mais il craint l'eau sur le museau plus que tout... ;.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'essaie de l'éduquer au cliker. Un petit objet qui fait toujours le même bruit, et dont le bruit justement est associé à une récompense. Ça marche pas mal.
      Mais l'eau sur le museau, je ne connaissais pas de chien qui n'aimait vraiment pas ça !!

      Supprimer