lundi 4 novembre 2013

Qui ... Waouh !

Dr Elie Hantouche, Merci








S'il y a une chose que je rêvais de partager avec vous, c'est bien celle ci.




Toutes les semaines, tous les lundis je note un chiffre sur mon agenda.
Et toutes les semaines, je rajoute +1.
Chaque semaine passée m'a rapproché de ce jour.

Il n' a pas toujours été présent. Il y a eu des semaines où je n'ai rien écrit. 
Mais voilà aujourd'hui, comme tous les lundis, j'ai pris mon agenda, et je n'ai pas failli à mon rituel.
Et ce jour je l'attendais, avec impatience. Comme une gamine qui attend le jour de Noël pour ouvrir ses cadeaux.

Cela signifie beaucoup pour moi.
Aujourd'hui, à côté du lundi 4 novembre, j'ai écrit comme chiffre 104.
104 ! Enfin !
52 + 52 ... 52 semaines dans l'année. 2 x 52 = 2 ans de stabilisation !

Voilà, c'est fait ! J'ai passé deux ans sans crise majeure. On considère que ma stabilisation est réussie.

Bien sûr, je sais que rien n'est acquis. Que d'un claquement doigt tout peut partir, et revenir au point de départ. 
Mais en deux ans, j'ai appris à connaître ma maladie, à faire attention, à prévenir les crises. C'est pour ça que l'on attend deux ans pour voir si la stabilisation est réussie. 

En deux ans, il s'est passé de nombreuses choses.
Cela fait plus de deux ans que je suis suivie par le Dr Hantouche,  il a bien fallu faire des pauses de comptage pendant mes rechutes !

Je suis allée à Paris, samedi, pour le voir. Et encore une fois, il a mis le doigt sur les choses difficiles, sur les non acquis, sur les progrès encore à faire.
Mais il réussit toujours à le faire en me montrant aussi tout le chemin déjà parcouru, tous les efforts que j'ai fait et qui n'ont pas été vains. Et surtout, surtout, toute cette "stupidité" qui peut entourer parfois mes pensées et mes actions (ou mes non-actions) !

Il m'a dit quelque chose qui me fait réfléchir énormément, et en même temps, il m'a demandé de faire des devoirs !
Il m'a dit qu'il serait temps que j'aille à la rencontre de moi même !!
Aïe ! Bien sûr, cela suppose que je veuille découvrir qui je suis.

Alors il m'a demandé de lui écrire un texte (pour qu'il le publie) sur qui j'étais, moi en tant que malade (en parlant de la "problématique" de ma douance).
Et bien, pour quelqu'un qui écrit beaucoup, je me trouve un peu en panne sèche !
Parce que lorsque je commence à écrire, cela m'aide à réfléchir, et bien entendu, je prends conscience de nombreuses choses. Pas facile.

Même si j'avais conscience, plus ou moins de ces faiblesses, de ces troubles restants, les écrire, c'est pour moi, les rendre vivants.
C'est aussi faire le point après ces 2 années.

Et même si la semaine passée, j'ai pu vous paraître un peu mélancolique, je ne l'étais pas tant que ça.
Car, ces petits passages difficiles, je sais désormais les gérer. Pas forcément comme tout le monde, pas forcément encore très très bien, mais je ne tombe plus !
Car depuis 2 ans, il n'y a pas un jour sans que je ne me souvienne de la chance que j'ai d'être sortie de l'enfer !


Dans la gestion de ma maladie, on doit faire 3 choses par jour, pour son bien être, pour réussir à vaincre au quotidien la dépression qui pourrait revenir sournoisement.
3 petites choses :
- Au moins 20 mn d'activité physique.
- Une activité sociale (téléphoner, voir un ami ...)
- Une activité bien être (regarder un film, lire un livre ...)
Et ce qu'il y a de bien avec le blog, c'est que j'ai réussi à réunir les 2 dernières dans une seule !

Ce blog, l'écriture, les lecteurs m'ont permis de me faire du bien, ont été un facteur déterminant dans ma stabilisation.
En plus, avec l'hiver qui s'annonce, il va falloir que je fasse attention à la dépression saisonnière. Je ne voudrais mettre en péril tout ça à cause de températures négatives et d'un manque de soleil !

104 ! Put***, ça fait du bien de l'écrire !

Et même si aujourd'hui je n'ai pas fait des trucs rigolos (passer à la Trésorerie pour demander un échelonnement de la taxe d'habitation !), lire certains commentaires, je sais que rien en pourra m'enlever ce léger sourire !

Et même si Gots et Lili Coquelicot sont heureux aussi, personne ne peut réaliser ce que ça représente vraiment. Je ne minimise aucunement les difficultés qu'ont dû endurer mes proches, et je ne remercierai jamais assez ceux qui sont restés, mais cette victoire, je crois que je ne la dois qu'à moi même !

Ma première victoire dans ma vie ! La première chose dont je peux être vraiment fière !

Lors de mon rendez-vous, le Dr Hantouche m'a fait prendre conscience de ça, en me disant que je n'avais pas eu d'ange gardien pour me guider.
Avant d'arriver à ce résultat, j'en ai chié. Personne ne m'a aidé. Il a fallu que je cherche les infos, et que je trouve les bonnes.
Il a fallu que je me prenne par la main, que j'analyse, que je me trouve face à des psys incompétents pour trouver le bon, que j'en force un à me faire la bonne ordonnance, que je me fasse violence pour m'en sortir. 
Et tout ça en étant malade !
Personne ne m'a pris la main, personne ne m'a dit ce que je devais faire. J'étais perdue, mais j'ai réussi à retrouver mon chemin ! Seule !

Punaise je le dit, je l'écrit : je suis fière de moi !

PS : 
Le Dr Hantouche est, désormais d'accord pour que je subisse une sleeve (opération contre l'obésité). Grande décision à prendre, même si cela fait des années que j'y pense, et pour laquelle j'avais déjà consulté. Be continued ...
J'ai lu un billet sur Agoravox, d'un psy pour qui ma forme de bipolarité n'existe pas, et n'est qu'une manipulation des lobbys pharmaceutiques !! Je pense lui répondre. Mon combat, là aussi, continue.

Edit : j'avais oublié de linker ! Voilà c'est fait, juste pour tous vous remercier à la façon bloguesque !

6 commentaires:

  1. Waouh !
    J'ai l'impression de te connaitre depuis très longtemps;
    Je ne doute à aucun moment de ta guérison.
    Me demande pas pourquoi.
    Bisous, pleins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Comme les autres lecteurs de ce blog, tu fais parti des gens qui m'ont aidé. Mais il est évident que certaines relations ont été bien au delà du virtuel !
      Je suis obligée de rectifier, ne m'en veux pas, mais on ne parle pas de guérison. Je ne guérirai jamais, et je prendrai des médicaments toute ma vie (comme un diabétique par exemple). C'est pour cela que l'on parle de stabilisation. Désormais, j'espère rester stable.

      Supprimer
  2. Tu me fais encore plus regretter de ne pas avoir pu te croiser samedi dernier pour arroser ça !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !!
      Ce n'est que partie remise, je devrais revenir fin février;

      Supprimer
  3. YOUPOUPIDOU! Bravissimo! Tu es trop forte!

    RépondreSupprimer