lundi 9 mars 2015

Qui font la synthèse







J’ai cru, pendant un temps, que je n’écrirai plus ici.





L’hiver, l’impression de tourner en rond, que tous les changements ne font pas avancer et toujours à chercher à savoir qui j’étais, qui je suis ou qui je deviens.
Ça devenait pénible.

Je tournais en rond, et pour tout dire, franchement, je déprimais. Ce n’était pas une dépression, mais bien une déprime hivernale, saisonnière. J’aurais dû la prévoir, peut être. Et puis peut être le contre coup du déménagement, possible aussi. A retardement, mais je n’ai peut être pas voulu voir les signes.
En plus, comme je l’ai dit, les derniers changements ne m’ont pas donné l’impression de changer réellement ma vie.

Avant, quand je déménageais, c’était pour fuir mes problèmes.
Je m’installais dans une ville, en période haute, où je me croyais capable de tout (et j’étais capable du meilleur comme du pire, ne l’oublions pas !), et je repartais dès que je me retrouvais en dépression. Et ainsi de suite.
Depuis quelques années, les déménagements se sont fait en fonction du boulot de Gots.
Et celui ci avait le goût du c’est mieux ailleurs, ce sera mieux là bas. Il y avait de l’espoir dans ce déménagement. Je crois que j’y ai mis trop de sentiment, alors qu’il ne s’agissait que d’un déménagement.

Bref, comme j’ai bien eu le temps de me torturer l’esprit, j’ai aussi fait une synthèse, j’ai réfléchi à propos de ce blog.
Quand je l’ai ouvert, je voulais vraiment avoir une sorte de carnet intime, où j’aurais écrit des choses sur moi, ma maladie. Mais il se trouve que ce n’est pas aussi simple de parler de soi, enfin je veux dire de toucher du doigt à l’intime, de creuser au plus profond de ses sentiments, de ses doutes, de sa réalité.
Et puis il se trouve que j’ai commencé par rencontrer certains d’entre vous, à peine mon blog crée. Et pas n’importe qui !
J’ai eu des lecteurs, et certains sont devenus des amis. Une chose en entraînant une autre, je n’arrivais plus à dire ce que j’avais sur le coeur, je m’autocensurais.
Par peur de la critique, par peur de décevoir, par peur de je ne sais quoi. Mais c’est le drame de ma maladie (ou de ma personnalité, c’est encore à l’étude !), j’ai peur de ne pas être aimer. J’ai besoin d’être aimer. Et je fais tout, souvent inconsciemment, pour ça.

J’ai donc décidé d’arrêter de vouloir à tout prix plaire à tout le monde, puisque c’est impossible. Il faut me résigner à être quelqu’un, et pas seulement le portrait que l’on voudrait que je sois. Pas facile, il y a du boulot.
En attendant, je vais au moins essayer d’écrire vrai, de ne plus supprimer tous les billets que je trouvais “trop” quelque chose, et tanpis si cela ne plaît pas. Je réalise que l’on n’est pas obligé de me lire, en fait !

Donc il va falloir que je rattrape le temps perdu !
Nous sommes allés à Londres : il faut que je vous raconte !
Je me suis fait tatouée : il faut que je vous montre !
Et ça ce n’est que le teasing de tout ce que vous avez manqué et qu’il faut que j’écrive !

14 commentaires:

  1. On en est tous là... Plus l'envie d'écrire, de commenter,... toujours celle de lire les copains mais pour prendre des nouvelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a eu de ça, mais je ferais un billet pour mieux m'expliquer. J'ai pris en compte ta remarque : je fais mes billets plus courts !
      D'ailleurs je les écrit sur google docs, et fais un copier coller, pourquoi ça garde la typo de google et que ça ne prend pas en compte ma typo habituelle de blogger (Ô grand manitou des blogs^^) ?

      Supprimer
    2. C'est normal. Il conserve la mise en forme.

      Supprimer
    3. D'accord, et y a pas moyen de changer ça ? Ou plutôt de retrouver ma typo même quand je fais un copier coller depuis un autre doc ?

      Supprimer
    4. Si. Tu peux modifier la typo dans le traitement de texte ou dans Blogger au moment de la publication. Mais ce n'est pas important. Il faut une typo un peu standard. Le lecteur est un zappeur et ne doit pas être pertubé quand il change de blog.

      Supprimer
    5. C'est vrai, mais je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai essayé tout changer (pour avoir ma typo habituelle) et t'as vu, il y a des typos différentes ! Je vais quand même essayer de régler le problème sur ce billet ce soir, à tête reposée.
      Je m'en suis bien aperçue au moment de la publication (je fais toujours un aperçu avant) mais je ne trouvais pas la solution, et je n'avais plus le temps !
      Merci.

      Supprimer
    6. Laisse tomber. Tu vas y perdre trop d'énergie. Ça m'arrive souvent (pour une autre raison : l'application iPhone merde avec les typos). Repasser pour corriger (sur ordi) est une galère. Je soupçonne un bug plus profond.

      Supprimer
    7. Je ferais gaffe pour le prochain en tout cas !

      Supprimer
  2. Et c'est reparti !
    Bien contente de le savoir !
    Et puis pour les scrognongnons, tu peux aussi virer les commentaires s'ils sont déplaisants (mais je ne crois pas en avoir jamais vu ici).
    C'est toi la taulière ici !

    La prochaine étape est de savoir quand est-ce que tu repasses sur Paris :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, c'est reparti !!
      Pour mon passage à Paris, je reportes depuis des mois ... Il faut que je me bouges les miches. Je me demande aussi si on se fait une sortie "famille" (Lili voudrait aller au Louvre) ou une sortie amoureux ou une sortie pour moi ! Mais j'y pense, et puis mon psy se demande ce que je deviens !!
      Bise ma belle !

      Supprimer