qui se confinent -7


Alors voilà, cela fait plusieurs fois que je recommence ce billet.



Bon hier, après le KDB, c'était de toute façon une très mauvaise idée. Quand j'ai compris la tournure que prenait le truc, j'ai supprimé, et repris un verre de vin !

Mais aujourd'hui, je pourrais. 
En fait, vous vous êtes aperçu(e)s que je n'écrivais pas. Pourtant dans cette sorte d'espace-temps suspendu, j'aurais le possibilité.
Mais mon humeur est trop fluctuante, et je ne plonge pas seulement grâce aux médicaments.

Cette sensation est très étrange. Je ne suis pas en dépression, ni en hypomanie. 
Mais j'oscille, et ça en même temps (ce qu'on pourrait appeler un état mixte chez moi, mais ce n'est même pas tout à fait ça !), entre une certaine mélancolie et culpabilité de ne pas m'activer concrètement et un bien être de pouvoir faire ce que je veux. 
Entre le fait que je peux passer plusieurs jours à ne pas me laver ni faire le ménage et avoir des remords, et avoir un sentiment agréable de prendre du temps pour découvrir des trucs sur les réseaux sociaux et discuter avec Alphonse
Entre une profonde tristesse et une certaine angoisse face à mes problèmes de fric et une agréable désinvolture dû au fait que je ne peux pas y faire grand chose pour le moment.

Mon esprit est préoccupé par un tas de choses. Je les ai partagé un peu avec les amis du KDB, je ne sais pas ce qui m'a pris ... Le vin s'en doute !
Mais j'ai du mal à les écrire, même si je les balaye rapidement, car je me dis que ce n'est pas intéressant. C'est pour moi le même principe que de demander de l'aide : je n'y arrive pas encore, pas tout le temps !
Mais c'est vrai que mon secteur d'activité, le tourisme, est particulièrement touché par cette crise, et je me pose pas mal de questions.
Est ce que je vais être obliger de me trouver un job alimentaire ? Quitte à mettre en péril, un peu plus, ma stabilité ?
Est ce que je crée ou non mon entreprise ? Je suis plutôt procrastrinatrice, et atteinte d'une maladie mentale, un job dans une entreprise est peut être ce qu'il y de mieux.
Mais je souhaite monter des projets et montrer de quoi je suis capable, et pour le moment l'entreprise dans laquelle je bosse (plus ou moins), ne m'en donne pas l'occasion. Mais est ce que je saurais gérer la pression d'avoir sa propre entreprise ?
Je me (dé)bats aussi avec de l'administratif et des problèmes financiers. Et j'attends la fin du confinement avec impatience pour pouvoir enfin signer mon divorce, reprendre mon nom de jeune fille et faire une fête du tonnerre !

J'avoue avoir pris la décision de sortir du confinement, par deux fois, pour aller voir Alphonse. Voir et discuter avec un adulte, de la chaleur humaine et un balcon ... Dans mon état, c'était presque nécessaire en fait !
Ça a fait l'objet de beaucoup de discussions, par rapport à la prise de risque. Je ne regrette pas car cela m'a fait vraiment beaucoup de bien, mais j'avoue avoir quand même un peu mauvaise conscience : le gouvernement fait bien son travail en entretenant une politique de peur face au virus. L'impression d'avoir été une criminelle qu'on va juger après le confinement !

Bon allez le Kessekessé arrive à 19 heures, comme tous les dimanches. Et ça aussi ça fait du bien, et aucune culpabilité !
Waouh ! 2 billets le même jour : Je vais mettre 15 jours à m'en remettre !

Commentaires

  1. Moi j'aime bien raconter des choses qui n'intéressent pas les autres sur mon blog. Tu peux être assez précis (sans citer ton employeur...) mais ça dépend des gens. Par exemple, tu écris : "je peux passer plusieurs jours à ne pas me laver". Moi aussi, mais je ne l'écrirais sans doute pas dans mon blog. Par contre, tu nous en as plus dit sur ta situation personnel lors du KdB d'hier que tu en dis dans ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi dire que je ne me lave pas pendant plusieurs jours, fait partie de l'anecdote, sans vraiment de grande conséquence.
      Parler de ce qui me touche vraiment, enfin de mes problèmes, c'est plus difficile. Et si je l'ai fait au KDB, c'est dû à plusieurs facteurs. L'alcool, j'avais un peu bu. Le fait qu'on n'était pas nombreux (sur mon blog, même s'il n'est pas lu beaucoup plus, je ne sais pas qui peut le lire). La discussion, à la base, je voulais juste donner un exemple, et de fil en aiguille ... Et surement aussi parce que j'en avais besoin.
      Je suis plus vague dans mon blog sur certains aspects mais j'en développe d'autres !
      Je devrais me lâcher encore un peu plus, je suis sure que ça me ferait du bien !

      Supprimer
    2. C'est rigolo...

      Parce que dans mon cas, je crois que je peux plus facilement écrire que de parler comme tu l'as fait au KDB en visio (il faut dire qu'à part toi, Élodie et Nicolas que j'ai dû voir une fois, je ne connais personne et me sens un peu "à part".
      Ajoute à cela que ma moitié me trouverait encore plus Zarbi que je ne le suis déjà, donc je m'abstiens 🙂.

      N'empêche tes billets (je parle de celui-ci et de ceux d'après) me font prendre conscience que j'ai perdu un truc dans mes billets, comme si c'était un peu d'âme... je ne sais quoi, un peu moins de sensibilité ou d'émotions. C'est triste. Va falloir que je retrouve le chemin de bloguer, celui d'avant mais peut-être en différent quand même : le temps passe et je sais que j'ai changé.

      Supprimer
    3. Ca m'a surpris aussi de dire ce que j'ai dit (j'ai parlé de ma situation catastrophique, boulot, finances ...). Sur le moment je ne sais pas trop ce qui m'a pris !
      Pour ton blog, peut être que dernièrement, tu t'es contentée de mettre des poteries en valeur, et toi tu es passée au second plan. Alors que les deux sont importantes !!

      Supprimer

Publier un commentaire