mardi 29 octobre 2013

Qui présentent ses excuses

Dessin



Je m'agenouille, je me prosterne platement devant vous, et m'excuse de vous avoir laisser sans nouvelles depuis une semaine. 




De ne pas avoir lu tous les billets des copains et collègues. Et surtout de vous avoir laisser sans kessekessé ! Surtout que normalement je préviens quand je ne serais pas là pour le jeu !

Mais là, tout s'est bousculé.
La semaine dernière a été -un peu- speed. Enfin surtout pour ceux qui auraient voulu me suivre !
Je ne sais pas trop ce qui m'est arrivé, enfin si un peu quand même. Je suis passée en mode "je ne m'arrête plus" !

Il fallait que je bouge pour ne plus penser.

Je suis retournée courir avec Croc Dur.
J'ai remué, bougé, trié,  rangé, enfin j'ai commencé à faire tout ce que je repoussais depuis des mois.
J'ai écrit des billets de blogs sur mon cahier, j'ai trouvé des idées pour les prochains.
J'ai commencé à préparer l'anniversaire de Lili Coquelicot : 10 ans, ça se fête !

Bref, j'ai essayé par tous les moyens d'éviter de ruminer !

Je sais que ce n'est pas une crise majeure, ça ne remet pas en cause ma stabilisation. J'ai compris qu'il fallait que j'apprennes à gérer mon stress comme je le pouvais, par des moyens autres qu'une fluctuation trop importante de mes émotions.

Et heureusement, j'ai évité la chute. Par contre, je suis passée par des phases obsessionnelles, par bonheur, d'assez courtes durées. Mon poids (encore et toujours ...) et dernièrement le rangement !

Dans l'histoire, j'en ai profité pour mettre des annonces sur des sites de ventes, pour essayer de renflouer un peu les comptes.
Car les problèmes financiers sont toujours là, même si je n'ai pas voulu les regarder ces derniers temps !
Et j'ai même l'impression qu'on s'enfonce de plus en plus ! Cette année, nous sommes imposables. Alors bien sûr la somme est dérisoire, moins d'une centaine d'euros, mais elle a des conséquences de plusieurs centaines d'euros sur d'autres factures ...

Alors moi l'amoureuse des livres, la passionnée de lectures, j'ai vendu mes livres ... Ça m'a fait mal, j'en ai gardé encore beaucoup, mais je sais que je vais surement refaire des colis pour momox ! Il faut juste que je m'habitue à l'idée ...

Et plus je vois tous les dégâts que je ne peux qu'imputer à ma maladie, plus je me sens mal. Alors que je sais que la culpabilité fait partie de ma maladie ...

Je voudrais avoir une vie normale.

J'ai envie d'aller au boulot tous les matins, de faire la gueule le lundi, de grogner contre mon patron ou mes collègues, d'avoir une paye et de ne pas vivre au crochet de l'état et de Gots.

J'ai envie de participer aux conversations quand mes amis parlent de leur travail. Je ne veux plus hésiter à répondre quand on me demande ce que je fais dans la vie.

J'aimerai ne pas être aussi empathique et hypersensible. Je vous jure, c'est une plaie. Ressentir la douleur, le chagrin des autres, l'injustice comme si c'étaient les vôtres, ça fait mal. Se prendre pour Don Quichotte, tenter de sauver la veuve et l'orphelin, tous les jours, c'est épuisant.

J'en ai marre d'avoir l'impression d'avoir perdu 20 ans de ma vie. 20 ans ... Comment rattraper ce temps ? Comment ne pas regretter tout ce temps ?

Comment expliquer que si je ne fais pas comme les autres, c'est que je prends le temps de me soigner d'une maladie que personne ne comprend ?
Comment faire comprendre que je ne me dédouane pas quand je dis que ma maladie est responsable de ça ou ça ?

J'ai appris à retentir mes larmes quand on évoque des moments, des anecdotes dont je n'ai aucun souvenir. Et plus le temps passe, et plus ça s'installe, effet secondaire des médicaments ...
J'essaie d'apprendre à retenir mes larmes quand je regarde Lili Coquelicot en me demandant si elle va échapper à cette engeance. Aurais je commis l'impardonnable ?

Cette maladie est ... en fait, je ne trouve aucun mot pour qualifier l'horreur que je peux ressentir face à ce que je trouvais injuste, et pour laquelle je tente de me faire une raison.

Et chaque jour, je me lève en me rappelant de la chance que j'ai d'être stable désormais. Mais souvent, de temps en temps, il y a malgré tout une petite voix, lointaine, qui souffle discrètement à mon oreille, et qui m'empêche d'oublier qu'elle m'a bouffé tout ce que j'aurai pu, tout ce que j'aurai du être.

Bien sur, je me rends compte aussi de le chance que j'ai d'être encore vivante, d'avoir Gots (qui aurait du partir de nombreuses fois), de ne pas avoir complètement sombrer dans l'alcool ou la drogue (je n'ai toujours pas compris comment !) ... De chaque jour m'en sortir un peu plus.

Mais on ne peut pas s'empêcher, parfois, de voir le verre à moitié vide, plutôt que le verre à moitié plein ...

Je sais que j'ai des billets en préparation, des billets à la "Don Quichotte". Qui ne servent à rien, si ce n'est à me soulager, et à me donner l'impression d'avoir mis ma pierre à l'édifice, à soulager ma conscience.
Mais jusqu'à quand ? Jusqu'à quand je vais me contenter d'écrire ? Quand est-ce que j'aurais assez confiance en moi pour agir réellement ?
Je suis une bel hypocrite ! Je ne supporte pas les gens qui se plaignent assis dans leur canapé, et qui ne bougent pas, mais qu'est ce que je fais de plus, en fait ?

J'aimerai agir concrètement, j'y réfléchis vraiment. Je ne sais pas encore sous quelle forme. Mais l'épreuve que je viens de passer me prouve que je dois être assez forte pour affronter une vie, presque, normale !

vendredi 18 octobre 2013

Le Kessekessé



Oui je sais, je n'ai rien écrit cette semaine ! Enfin, je n'ai rien écrit sur le blog, mais j'ai eu le temps de le faire sur mon calepin.
J'arriverai peut être à les transcrire un de ces jours ici !
En fait, je n'ai pas été vraiment trop occupé, mais souvent dérangé dans mes occupations. Ce qui est vraiment pénible !
En plus, je me suis aperçue que l'anniversaire de Lili Coquelicot arrive à grand pas. Comme ce sera juste après les vacances, il fallait lancer les invitations cette semaine !
L'an dernier j'avais réussi à faire un truc pas trop mal, et j'ai eu envie de réitérer l'opération ! J'ai eu envie de donner un thème à la fête ! J'ai proposé Hollywood, et Lili Coquelicot a été enthousiasmé.
Elle rêve déjà de tapis rouge, de photos, de robes de soirées ... Bon ben à moi d'assurer ! 
Comme elle part la dernière semaine des vacances à Bordeaux, je vais pouvoir peaufiner le truc et lui réserver des surprises !

Sinon, je viens à Paris le samedi 2 novembre. J'avais pensé pouvoir venir, avec Gots mais, encore une fois, il est d'astreinte quand je vais à Paris. Donc j'y vais seule, mais je ne sais pas encore si j'ai un hébergement, donc je vous tiens au courant ...

Alors voilà le kessekessé du jour. C'est un objet que nous avons trouvé en brocante, et que l'on a trouvé sympa. On a détourné complètement son utilité, aujourd'hui, j'ai mis des bonbons dedans ! A vous de trouver à quoi ça servait au départ !




vendredi 11 octobre 2013

Le Kessekessé



Salut les amis !

Nous voici réunis, encore une fois, pour s'amuser tous ensemble.
Merci à vous d'être présent, cela me fait un bien fou !!

Allez je ne vous embête pas plus longtemps cette fois ci. Voilà la photo :










La réponse en photo : j'ai fait des conserves d'épaule de porc !! La couleur foncée de celle ci vient du fait que j'ai mis un peu de sauce soja !!





mardi 8 octobre 2013

Qui aident mais ...

Dessin d'une bipolaire en art thérapie






Je suis fatiguée, épuisée.







Je le ressens. 

Je crie plus facilement. Je dors moins bien ou à l'aide de somnifères. Je prends moins de temps pour moi ou pour ma famille.

J'ai passé ces dernières semaines à courir pour faire le strict nécessaire pour faire vivre ma famille, et le reste du temps à tenir, toujours à bout de bras, mon amie pour ne pas qu'elle coule.

En fait d'amie, ce n'est qu'une femme que j'ai rencontré au détour d'un chemin, un matin, en partant de l'école.
Je ne la connais que depuis quelques mois, nous n'avons pas du tout les mêmes idées sur beaucoup de choses, et pourtant une chose nous réunit.
Une chose terrible, envahissante, avilissante.

Elle est si proche du gouffre que ça en donne le vertige.
Elle a eu une vie si difficile jusqu'à présent que je ne suis pas sure que d'autres auraient survécu à de tels événements.

Je l'ai forcé à accepter mon aide. Elle est tellement habituée à s'en sortir seule, à n'avoir personne sur qui compter qu'elle n'arrive pas à lâcher prise.
Elle est entourée que de personne qui ne comprennent pas, qui ne cherchent qu'à profiter, qu'à lui nuire. Et j'arrive là dedans en lui promettant que la vie peut être belle.

Je lui ai parlé. Mais dans son état, elle n'entend pas grand chose.
Je l'ai écouté et regardé pleurer pendant des heures. Et toutes ces paroles et ces larmes m'ont plongé dans mon propre passé. Comme plaquée au mur par mes souvenirs.

Effrayée par sa descente, et la peur qu'elle m’entraîne dans sa chute.

Elle est partie, depuis samedi, dans sa famille, loin de tous ces problèmes. Ce n'est pas en fuyant que tout s'arrange, ça permet juste de souffler.
Mais pour cela, il a fallu que je prennes en charge son quotidien, en plus du mien, pour qu'elle arrête de s'inquiéter, et qu'elle parte l'esprit un peu plus tranquille.
Je pensais me reposer pendant son absence, en fait je doute que cela soit vraiment possible.

Encore une fois, je ne sais pas combien de temps je tiendrais.
Et je suis confrontée à l'incompréhension (voir à la négation totale) de ses proches, mais aussi à la débilité du corps médical. Encore et toujours !

Son médecin traitant lui a conseillé d'arrêter son traitement, qu'elle pouvait s'en sortir sans ça, qu'il avait déjà vu dans de tels états et qu'elle s'en était toujours sortie, qu'elle était d'une nature anxieuse ...
Bien sûr il a aussi joué sur la corde sensible, car elle est enceinte, et lui a dit que son traitement pouvait être dangereux pour le bébé !

Merde ! On est déjà obligé de faire deux heures de route pour trouver un psy compétent, en plus du fait qu'elle soit enceinte, elle ne pourra pas avoir un traitement performant tout de suite, il faut que je me battes contre les cons pour qu'elle le prenne !

Je me demande si je ne vais pas prendre rendez vous chez ce médecin pour lui dire ma façon de penser !
En tout cas, je réfléchis de plus en plus à des actions possibles à mener pour informer, faire bouger les consciences berruyères, et me mettre à dos tous les psys du département !!

vendredi 4 octobre 2013

Le Kessekessé


Salut les amis !!

Encore une fois depuis quelques temps, j'ai eu une semaine difficile. Mais les deux prochaines semaines, ce sera plus facile. Mon amie s'en va se reposer dans sa famille, je vais pouvoir faire de même, et me consacrer un peu plus à mon blog !!
J'espère qu'après ces 2 semaines passées au calme et l'augmentation des doses de son traitement, elle reviendra un peu plus sereine. 

Allez, je  vous raconterai tout ça plus tard (ou pas). Il va déjà falloir que je rattrape ma lecture des billets de blogs de mes collègues. Je vais tenter de le faire pendant la brocante de dimanche, à laquelle j'essaie de participer (je viens de me réveiller pour m'inscrire !!) pour vendre tout le bazar !

Bon voilà la photo d'aujourd'hui. J'ai bien l'impression que cela va être facile. Mais j'avais cette idée en tête depuis un moment !




La voici en entier. le kessekessé est une partie du dos.